Tout ce que vous devez savoir sur le DISCO & le Bar à Vinyls.

Tout ce que vous devez savoir sur le DISCO & le Bar à Vinyls.

Tout ce que vous devez savoir sur le disco

Les productions du Philadelphia International de Gamble et Huff, les mini-opéras de Barry White, l'épique  "Love To Love You Baby"  de Donna Summer, Chic et le camp infectieux de Boney M ne sont que cinq cartes de visite du disco. Le genre est fait de quatre sur le plancher, de hi-hats, de percussions, de lignes de basse et de grooves de danse prolongés. Sur le plan lyrique, le disco peut parler d'amour, de chagrin d'amour, de kung-fu ou de ce mythique russe fou qu'est Raspoutine. Les pistes disco peuvent être étendues et mélangées en un continuum sans faille dans les clubs du monde entier. Ces dernières années, le disco est revenu en force, stimulant l'intérêt pour les artistes classiques, obscurs et Nnu-disco qui se déhanchent tous sur le rythme.
Histoire du disco
Le mot "disco" est dérivé du mot français "discothèque", mais le berceau du genre a été secoué au début des années 70 aux États-Unis. Il n'y avait pas de disques disco, seulement des disques de soul et de funk d'artistes comme James Brown, Wilson Pickett, First Choice, Barrabas, les O'Jays ou Curtis Mayfield, diffusés par une clique de DJ dans des clubs gays underground. Des DJs pionniers comme Francis Grasso et Nicky Siano utilisaient deux platines pour prolonger les pistes ou mélanger les disques entre eux. David Mancuso a commencé ses soirées Loft en cassant "Girl You Need a Change of Mind" d'Eddie Kendrick sur la scène en développement et a également été le pionnier de l'équipement audio haut de gamme - et des tweeters - pour un son fort, clair et profond qui constitue encore aujourd'hui la base de tout bon système de club.
Le pouvoir des DJs s'est manifesté pour la première fois lorsque les jockeys new-yorkais ont cassé l'obscure importation "Soul Makossa" de Manu Dibango qu'Atlantic a dû sortir en urgence pour répondre à la demande, lançant ainsi la tendance des disques de rupture dans les clubs qui s'est poursuivie pendant des décennies. Lorsque des titres d'albums comme "Harold Melvin and the Blue Notes" et "The Love I Lost" ont commencé à enflammer les pistes de danse, des disques ont été produits spécifiquement pour les DJ qui les jouaient dans les clubs, de plus en plus nombreux. Tom Moulton s'est fait les dents en vendant des mixtapes avant de traverser les pistes pour mixer "Dream World" de Don Downing et a transformé les trois pistes de la face A du LP Never Can Say Goodbye de Gloria Gaynor en un mix continu. Le premier disque de 12 pouces était (Call Me Your Anything) Man de Bobby Moore, mais Walter Gibbons a innové en prolongeant Ten Per Cent de Double Exposure jusqu'à 10 minutes, ce qui a constitué le premier disque de 12 pouces commercialisé aux États-Unis. Le premier disque de 12 pouces de Motown prolongeait Love Machine des Miracles et les vannes se sont ouvertes.
Donna Summer est devenue la première diva lorsque le disco est devenu mondial. L'équipe de production française Jacques Morali et Henri Belolo s'envole pour Sigma afin d'obtenir le son de Philadelphie et crée les Village People. Abba a commencé à Waterloo, mais des titres comme "Dancing Queen" ont créé une chaîne de montage d'hymnes disco made in Sweden. Chic domine les hit-parades et Bernard Edwards et Nile Rogers produisent des artistes allant de Sister Sledge à David Bowie.
La bande originale de Saturday Night Fever, avec des artistes comme Rose Royce, The Trammps, Yvonne Elliman, Kool & the Gang et les Bee Gees, a fait du disco un courant dominant. À cette époque, tout le monde se met au disco, de Diana Ross à Tom Jones. Même le tube de 1979 de Pink Floyd, "Another Brick in the Wall", avait un rythme disco, bien qu'il n'ait probablement jamais été joué par Larry Levan au Paradise Garage.
Le disco a favorisé les producteurs, les arrangeurs, les remixeurs et les chanteurs inconnus. Mais pour chaque club ou hit-parade comme "Boogie Nights" de Heatwave, des milliers de disques ont coulé sans laisser de traces. La Disco Demolition de juillet 1979 à Chicago n'a pas tué le genre. Les Bee Gees et Chic produisaient encore des tubes en 1980. Le disco s'est adapté et s'est enfoncé dans plusieurs trous de lapin à mesure que la musique de club s'orientait vers de nouveaux styles émergents. Kraftwerk - qui aimait danser dans les discothèques - a vu sa musique raide et funky commencer à inspirer la musique électronique aux États-Unis et au Royaume-Uni. Queen s'est mis à l'électro-disco dès la fin de 1982 avec Hot Space, et la même année, Michael Jackson a sorti Thriller, dont les morceaux uptempo ont usé bien des pistes de danse.
Les boîtes à rythmes et les synthétiseurs ont fait évoluer la danse vers un son électro-club, mais le rythme disco est toujours présent dans le morceau "Blue Monday" de New Order en 1983, l'une des plus grosses ventes de disques de 12 pouces de tous les temps. Alors que de nouveaux styles prennent le devant de la scène dans les clubs et les charts, la plupart des labels demandent le divorce avec le disco. Au fil du temps, de nombreux artistes se sont inspirés du disco. Le morceau "Ride on Time" de Black Box, sorti en 1989, échantillonne le classique disco "Love Sensation" de Loleatta Holloway. Les Pet Shop Boys, Madonna, Erasure, Jamiroquai, Daft Punk, Kylie Minogue, les Scissor Sisters, Calvin Harris, Mark Ronson, Beyonce, Dua Lipa, ainsi que l'échantillonnage de breaks de disques disco connus ou obscurs, ont fait tourner la boule à facettes.
Et pour votre évènement tel qu'un mariage en Vaucluse, Gard, Drôme ou Ardèche, Globalson vous assure une ambiance garantie, car vos invités font le programme musical soit pour le Welcom diner, l’apéritif, ou encore le brunch, avec son fameux Bar à Vinyls...

Une question, un besoin ?

Nous sommes à votre écoute !

Date de l'événement :